Facebook link

Galerie Władysław Hasior à Zakopane - Obiekt - VisitMalopolska

Retour

Galeria Władysława Hasiora Muzeum Tatrzańskie Zakopane

Galerie Władysław Hasior à Zakopane

budynek galerii Władysława Hasiora w Zakopanem otoczonej drzewami
Jagiellońska 18b, 34-500 Zakopane Région touristique: Tatry i Podhale
tel. +48 182066871
Il s'agit de la galerie dont l'artiste même est le propriétaire. Władysław Hasior est né en 1928 à Nowy Sącz, et en 1952 il a terminé ses études à l'École secondaire d'État des beaux-arts de Zakopane, où il a étudié sous la supervision d'un professeur et artiste exceptionnel, Antoni Kenar. Il a obtenu son diplôme en 1958 à l'Académie des Beaux-Arts de Varsovie, sous la direction du professeur Marian Wnuk, et un an plus tard, il a rejoint l'atelier d'Ossip Zadkine à Paris. Auparavant, il était associé à l'école secondaire publique d'arts visuels de Zakopane et a enseigné pendant de nombreuses années aux générations successives d'étudiants de cette école. Il convient de noter que la galerie a été créée dans l'ancien salon du sanatorium Warszawianka.

La galerie a été inaugurée en février 1985. Elle présente des bannières célèbres, des créations spatiales et des sculptures faites de matériaux divers, des objets ordinaires, souvent de pacotille, qui,

mises entre les mains de l'artiste, acquièrent de nouvelles significations. Pourvus de titres métaphoriques, spirituels et pervers, elles nous font réfléchir sur le monde contemporain et l'art. La galerie a été installée dans l'ancienne cave à légumes du sanatorium Warszawianka, construit en 1935 d'après le projet de Wacław Nowakowski. La cave à légumes en bois avait deux étages, vitrés au sud. Grâce à l'adaptation, des intérieurs à plusieurs niveaux ont été créés, servant de salles d'exposition, souvent de salle de concert, ainsi que d'appartement et de studio pour l'artiste. « Hasior est un parent des poètes-artistes du Moyen Âge tardif », a écrit l'historien de l'art Marek Rostworowski à propos de l'artiste, « qui évoquait un monde beau et monstrueux combinant la réalité avec la métaphore et l'au-delà, destiné à enchanter un homme tourmenté par la réalité et aspirant à sa transcendance, rappellant l'époque de Hieronymus Bosch, de Bruegel, des sorcières et des amoureux espagnols du martyre. [...] Pour lui, aucune chose n'est ce qu'elle est, mais ce que l'imagination incontrôlée peut voir en elle. C'est aussi un conte de fées parce que, dans les phrases d'Hasior, les mots ont un sens différent les uns des autres ... ».